This is Belgium…

A mes amis étrangers qui avaient déjà du mal à suivre quand on leur expliquait durant le Mondial de foot que, dans notre équipe nationale, le gardien s’appelle Courtois – mais qu’il est flamand – et le défenseur central Van Buyten – mais qu’il est wallon – il va falloir désormais faire comprendre que le ministre-président Demotte dirige les francophones, là où son collègue Bourgeois gouverne les flamands.

Bienvenu en Belgique – pays du Waterzooi et du Surréalisme.

Publié dans Non classé | Un commentaire

Cours de religion/morale dans l’enseignement officiel en Belgique francophone

Plusieurs contacts m’interpellent au sujet de l’accord entre PS et CDH concernant les cours de religion et de morale dans l’enseignement officiel. Si j’ai bien compris, il a été décidé que – avant la fin de la législature – les écoles primaires et secondaires de l’enseignement officiel dispenseront un cours commun d’éducation à la citoyenneté, dans le respect des principes de la neutralité, en lieu et place d’une heure de cours de religion ou de morale non confessionnelle. En clair – au lieu de suivre deux heures de religion et/ou de morales, les élèves suivront une heure de cours de religion/morale et une autre de cours d’éducation à la citoyenneté. En coupant ainsi la poire en deux, le prescrit constitutionnel et le pacte scolaire sont respectés. Ce qui est amusant, c’est que le PS et le CDH rencontrent de la sorte une vieille revendication du MR (portée à bout de bras par Hervé Hasquin et puis Richard Miller), selon un compromis jadis proposé par Ecolo.

Restent trois questions : 1. Ne donner qu’une heure/semaine de religion/morale et de citoyenneté, permettra-t-il de faire un travail sérieux ? Difficile de répondre, mais comme les cours actuels de religion/morale comportent déjà une bonne part d’éducation à la citoyenneté, il est possible que cette décision ne change pas grand-chose dans les faits. Alors, pourquoi changer ? Pour donner une victoire symbolique au camp laïque, fort demandeur en la matière. Sans doute aussi, pour contrer le fondamentalisme religieux qui se développe chez certains élèves musulmans ou évangéliques. L’avantage sera de permettre d’avoir un cours de réflexion avec tous les élèves. L’inconvénient est que ceci se fait en rabotant un cours essentiel, au cours duquel les élèves peuvent aborder les questions existentielles qu’ils rencontrent, en se confrontant à une tradition spirituelle. 2. Quid des cours de religion dans le réseau libre ? Pour l’heure, il ne sont pas concernés, mais la communauté Wallonie-Bruxelles pourrait imposer aux réseaux libres l’obligation d’inclure un cours à la citoyenneté. Donc… 3. Un professeur de religion/morale pourra-t-il donner ce cours à la citoyenneté, moyennant un complément de formation ? C’est ici que le bât blesse. L’accord PS-CDH insiste sur le fait que la réforme n’entrainera aucune perte d’emploi. Donc, la réponse semble être affirmative. Cependant, l’avis du CEDEP (Centre d’étude et de défense de l’école publique), qui représente la laïcité philosophique, n’est pas favorable du tout à cette mesure, car – selon cet organe – ces profs-là ne seraient pas capable de respecter la neutralité propre à un cours de citoyenneté. L’argument laisse pantois, car il sous-entend qu’un professeur de religion/morale ne serait pas un enseignant à part entière, mais une espèce de prosélyte masqué. Un catholique convaincu ne pourrait-il donc pas enseigner ce cours à la citoyenneté? Si oui – qu’est-ce qui l’empêcherait d’également donner cours de religion? Si non – cela signifie-t-il que seul un laïque philosophique serait apte à donner le cours de citoyenneté? En clair – sans le rejeter a priori (voyons ce que cette modification donnera) – ce qui m’inquiète le plus avec le changement projeté, ce sont toutes ses raisons sous-jacentes. Un enseignement aseptisé n’aidera pas à former les démocrates de demain.

Publié dans Non classé | 22 commentaires

Crash ukrainien – Accord Moscou-Berlin

« L’Europe, quel numéro de téléphone ? » plaisantait Henri Kissinger, l’ancien secrétaire d’Etat américain. Apparemment, le président Poutine a trouvé la réponse. Non pas celui de lady Ashton, la Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité – dont le successeur tarde à être nommé – mais le numéro de téléphone de la chancelière allemande.

La chancelière Angela Merkel et le président russe Vladimir Poutine ont, en effet, demandé conjointement l’ouverture d’une enquête internationale et indépendante sous la direction de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale pour élucider le crash aérien en Ukraine. Au cours d’un entretien téléphonique, « les deux dirigeants sont tombés d’accord pour qu’une commission internationale, indépendante sous la direction de l’OACI puisse avoir rapidement accès au lieu de l’accident de l’avion de Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine, pour éclaircir les circonstances de la chute et dégager les victimes », a indiqué le gouvernement allemand dans un communiqué.
Rendant également compte de cette conversation, le Kremlin a indiqué de son côté que « les deux dirigeants ont insisté sur l’importance d’une enquête objective et rigoureuse ».

Sage décision, mais ô combien significative de la place prédominante – amplement méritée – qu’occupe actuellement l’Allemagne en Europe.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’autre coupe du monde – M… Belgique p.9

Ci-dessous ma chronique parue en p.9 dans l’hebdo M… Belgique, de ce vendredi. Merci à la rédaction de me donner cet espace d’expression:

Pendant que les regards des Moldus étaient ensorcelés par le Mondial brésilien, fut disputée sur le même continent une autre coupe du monde. Au cœur du désert de Patagonie – voilé des regards non-magiques par de puissants charmes – se joua ces mois-ci, le championnat du monde de Quiddich. Le Daily Prophet – gazette londonienne des sorciers – avait dépêché sur place une envoyée spéciale.  Datée du 12 avril dernier, la première chronique de Ginny Weasley, épouse du célèbre Harry Potter, narra la cérémonie d’ouverture du championnat – quelque peu perturbée par le déchainement de mascottes terrifiantes.  Et la journaliste de rappeler que toutes les tentatives pour remplacer ces emblèmes des équipes par de plus inoffensives créatures, furent défaites par la fédération internationale de Quiddich, au nom de la tradition et du folklore. Suivirent les récits des matchs, culminant ce 11 juillet par la finale – qui vit la Bulgarie se défaire du Brésil, sur un score de 170 à 60.

Pas bien sérieux, ma chronique estivale ? Voire… Les aventures d’Harry Potter nous parlent de notre quotidien. Et le combat incessant du célèbre sorcier contre les adeptes de la magie pur-sang, nous interroge face à tous nos fondamentalismes. Le génie littéraire de JK Rowling touche au plus-que-réel. Et le fait avec humour. Ainsi, en m’inscrivant sur son site www.pottermore.com, qui ouvre l’accès auxdites chroniques, je fus enrôlé chez Serpentard, la maison du collège Poudlard réservée aux adeptes… de la magie noire.

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Divine patience » – 16° dimanche, Année A

 «Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson». (Matthieu 13, 24-43)

Quel point commun entre les trois paraboles de ce dimanche : le bon grain et de l’ivraie, la graine de moutarde et le levain dans la pâte ? Un même appel à la confiance et à la patience – comme dans la parabole du semeur de la semaine dernière. Face à l’impatience de ses disciples qui veulent que « cela bouge et que Dieu règle leur compte aux méchants », Jésus explique que Son Père prend patience avec les hommes. Tel ce propriétaire qui laisse le bon grain et l’ivraie pousser ensemble jusqu’à la moisson. Tel ce jardinier qui sème une minuscule graine de moutarde. Il sait qu’avec du temps et de l’entretien, elle deviendra un arbre puissant. Telle cette femme qui met un peu de levain pour faire monter toute la pâte. Dans une société qui nous habitue au « tout, tout de suite » et à l’impatience de la télécommande (dès qu’une émission TV m’embête, je « zappe » sur autre chose), l’Esprit invite à la persévérance dans nos engagements et à la patience envers nous-mêmes et les autres. Comme Dieu est patient envers chacun de nous.

En cette veille de fête nationale, prions aussi pour notre pays et ceux qui le gouvernent. Que nos hommes politiques pratiquent cette patience et persévérance en vue du bien commun.

Publié dans Non classé | Un commentaire

Un nom et un visage…

Vers la fin de mon adolescence, je commençai à réfléchir à la foi de mon baptême. Une des premières choses qui me toucha dans le christianisme, est que Dieu y reçoit un nom et un visage – celui de Jésus. Face à un nom et un visage – tout est tellement différent.

Il ne va de même avec les drames. Ils restent éloignés de nos vies, tant que les victimes sont des statistiques, qui noircissent les pages de nos journaux. Tout change lorsque la personne décédée reçoit un nom et un visage. Ce matin encore, je publiais une note sur le drame de l’avion écrasé en Ukraine. Maintenant, j’apprends que Benoît était à bord. Je me souviens fort bien de lui. Un garçon sensible, qui était dans ma classe durant mes quatre premières années d’humanités chez les jésuites à Anvers. Nos relations étaient bonnes, sans être proches. On s’était perdu de vue quand, pour mes deux dernières humanités, je partis à l’étranger. Par après, j’ai appris que c’est lui qui s’était expatrié. Il habitait Bali, où il gérait un établissement accueillant des touristes. Nous étions devenus amis sur Facebook et je l’entendis un jour parler avec passion de son métier à la radio, dans l’excellente émission des « Belges du bout du monde ». J’apprends qu’il venait de se marier. Il avait interrompu son voyage de noce pour retourner à Bali pour raison d’affaires. Il était sur cet avion. Mes pensées et prières vont vers lui, son conjoint et ses proches. A-Dieu, Benoît.

Oui – décidément – tout change quand surgit un nom et un visage…

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Un drame idiot, mais tellement signifiant

Un avion décolle d’Amsterdam, direction Kuala Lumpur. Et voilà 298 vies fauchées, dont les corps en lambeaux gisent dans un champ ukrainien. La plupart des drames frappent à l’aveugle. Et toutes les victimes méritent nos larmes et prières. Mais le sort qui frappe les passagers du vol MH17 et leurs familles, est particulièrement cruel. Elles sont – ce qu’on appelle de nos jours pudiquement – les « dégâts collatéraux » d’un conflit avec lequel elles n’avaient strictement – mais alors là strictement – rien à voir.

Drame idiot, mais tellement signifiant. Notre monde est devenu un village, où un conflit entre Slaves peut tuer des Néerlandais, des Malaisiens, des Australiens, cinq compatriotes, etc. D’où l’importance de renforcer les instances supranationales : l’ONU, l’Union européenne… A propos de cette dernière, qui vient de connaître un nouveau sommet raté, j’invite à relire ma récente chronique, parue dans les colonnes du quotidien « La Libre » : « L’avertissement d’un géant ». Dès 1945, Churchill avertissait, en effet, que sans Europe unie, ce serait le retour de la guerre. Je le crains, en effet : Si le projet européen fait naufrage, d’ici vingt années ce que vit l’Ukraine, deviendra le lot commun de tout le continent. Que cela plaise ou non – le fait est là : Notre monde est devenu un village.

Publié dans Non classé | Un commentaire

In memorim

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’œil de Caïn – La Libre 15 juillet p.49

Ce mardi 15 juillet, ma chronique du mois est parue dans le quotidien « La Libre » en p.49. Pour lire cette chronique, cliquez sur le lien suivant: « L’œil de Caïn ».

Merci à la rédaction de « La Libre » de m’offrir cet espace d’expression.

 

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Centre d’Action Laïque (CAL) – Plaidoyer pour un discours adulte

Un jour où je lui fis quelques remarques amicales concernant la communication des laïques, Philippe Grollet – alors président du CAL – me lança avec humour : « Si tu continues, je te nomme responsable de communication ». Je n’ai jamais postulé, d’autant plus que j’apprécie l’actuel occupant du poste. Ceci ne m’empêche pas de, une fois de plus, m’étonner de la communication proprement « adolescente » de nombre de responsables du CAL. Là où l’adulte vit une identité assumée, l’adolescent se définit par opposition à ses origines. En Belgique, où jusqu’en 1968, 95% de la population était baptisée « catholique », les origines de nombreux laïques philosophiques sont la religion dont ils se sont distanciés. Leur démarche est parfaitement respectable et compréhensible dans une société sécularisée et pluraliste. Mais en ce XXIe siècle, il serait heureux que ces laïques cessent de se définir par opposition à la leur origine – soit l’Eglise catholique. Bref, qu’ils passent de l’adolescence à l’âge adulte.

Si j’aborde le sujet, c’est en réaction à un article paru ce samedi en p. 9 du quotidien bruxellois « La Libre », intitulé « Le boom des cérémonies de mariage laïque ». L’article explique qu’entre 2013 et 2014, le nombre de cérémonies de mariage laïque a doublé. Personnellement – je suis fort heureux de ce succès pour mes amis du CAL (On parle cependant dans l’article de 25 cérémonies par an dans les grandes villes – ce qui reste modeste), d’autant plus que l’Eglise catholique ne cherche pas à faire du chiffre, mais à préparer sérieusement les fiancés désireux de recevoir le sacrement matrimonial.

Là où je sursaute, c’est en lisant le commentaire fait par une responsable régionale du CAL. Je cite : « Une cérémonie laïque de mariage est choisie par les époux qui souhaitent associer leur engagement à des valeurs choisies, et non à des valeurs “imposées” par l’Eglise », explique Alice Botquin, directrice du CAL de Namur. Peut-être que cette personne n’a pas dit que cela et qu’il s’agit d’un raccourci journalistique, mais elle a cependant dû exprimer quelque chose de similaire. Alors zut quoi ! A l’heure du réchauffement climatique, de la finance folle et des fondamentalismes en tout genre, est-ce que le CAL ne peut avoir une proposition qu’en opposition à… « l’Eglise » ? (comme s’il n’y avait qu’une seule « Eglise » en Belgique). Ce genre de rejet de principe – je ne nie pas les différents – n’est plus de mise pour une institution appelée à représenter les laïques philosophiques de Belgique francophone. Et de le faire au nom de propositions adultes pour l’avenir, plutôt que par opposition adolescente à  « l’Eglise » de leur passé.

Publié dans Non classé | 26 commentaires