« Shalom – Salam – Pax » – 3° dimanche de Pâques, Année B

« Comme ils parlaient encore, Lui-même était là au milieu d’eux et Il leur dit : La paix soit avec vous » (Luc 24, 35-48)

Le principal message du Ressuscité à ces proches est : « La Paix soit avec vous ». La paix… voilà un mot récurrent dans toutes les grandes religions et spiritualités : shalom, salam, pax,… Tout naturellement, nous assimilons la paix avec le repos, voir la mort. « Laisse-le en paix, il dort », dit la maman à son petit quand papa fait la sieste. « Enfin en paix », pensons-nous une fois rentré à la maison après une rude journée. « Repose en paix », dit-on en pensant à un défunt (abrégé en latin, cela donne R.I.P : « requiescat in pace »). Bref, l’agitation serait du côté de la vie en société et la paix du côté du retrait de ce flot incessant d’activités qui nous assaillent. Il y a du vrai en cela : pour nous épanouir, nous avons besoin d’une dose de silence et de solitude.

Et pourtant, la paix qu’offre le Christ n’est pas celle du hamac, de l’île déserte ou des cimetières. Il s’agit de la paix que ressent Celui qui croise spirituellement le regard du Ressuscité. Celui-ci « ouvre l’esprit à l’intelligence des Ecritures ». Il donne de comprendre qu’en Lui l’amour est vainqueur même de la mort. Alors une paix nous gagne, même au cœur des pires turbulences. Elle n’est pas synonyme de « tranquillité », mais bien de « sérénité ». Celle que ressent l’homme qui se sent inconditionnellement aimé.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Notre jumeau » – 2° dimanche de Pâques, Année B

« Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu !» (Jean 20, 19-31)

Le prénom Thomas signifie « jumeau ». Et de fait, l’apôtre Thomas est un peu notre frère jumeau : comme lui, nous aimerions bien « un peu voir », histoire d’« un peu plus croire ».

Mais il s’agit d’un piège : Celui qui voit, est convaincu. Il ne devient pas plus croyant, pour la cause. La foi chrétienne est une illumination intérieure, bien plus que la conclusion d’un raisonnement. Elle n’explique pas tant le monde, mais donne de le voir avec la perspective d’En-Haut. Ainsi, celui qui déclare « croire en quelqu’un », ne dit pas tant qu’il est convaincu que cette personne existe, mais bien qu’il est assuré que cette personne est digne de confiance. De même, la foi chrétienne n’implique pas tant de « croire que Dieu existe ». (D’ailleurs beaucoup disent : quand je vois comment ce monde ne tourne pas rond – même s’Il existe – à quoi ce Dieu me sert-il ?) Non, la foi, donne de saisir dans son cœur que « j’existe pour Dieu ». Depuis ma conception, Il fait alliance et marche avec moi. En Jésus, Il a donné Sa vie par amour pour moi. Ce n’est que cela qui donne de tomber à genoux comme Thomas et de s’écrier : « mon Seigneur et mon Dieu ! »

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Blog: bilan du mois de mars

Ce blog a été ouvert le 11 mars 2011. Il recevait 1467 visites et 2383 pages avaient été vues. En mars 2012, cela donne 3592 visites et 5530 pages visitées. En mars 2013, 5198 visites pour 7740 pages vues. En mars 2014 3556 visites pour 5454 pages vues. Ce mois de mars 2015, il reçut 3721 visites pour 4383 pages vues.

Le lectorat belge compte 2334 visites. La France suit avec 287 visites et le Canada avec 49 visites.

L’article le plus fréquenté fut « Cours de citoyenneté – de si apparentes convergences laïques » du 17 mars avec 426 visites. Vient ensuite « Dieu et la science », du 4 mars avec 168 visites et « Cours constitutionnelle et cours de religion » du 13 mars avec 155 visites.

Merci aux lecteurs et suite au mois prochain.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Alléluia ! » – Nuit et jour de Pâques, Année B

« Ne vous effrayez pas. C’est Jésus le Nazaréen que vous cherchez, le Crucifié : il est ressuscité, il n’est pas ici. » (Marc 16, 1-8)

La mort biologique est la seule certitude humaine que nous ayons. Tous nous allons mourir. Même Jésus, le Verbe divin fait homme, a connu la mort. Et la mort horrible et injuste sur une croix.

Mais pour nous chrétiens, la mort n’est pas une réalité ultime. C’est ce que les chrétiens proclament à la face du monde depuis plus de 2000 ans : « Ne vous effrayez pas. C’est Jésus le Nazaréen que vous cherchez, le Crucifié : il est ressuscité, il n’est pas ici. »  

Pâques signifie « passage ». Passage par la mort vers une vie autre, une vie plus vive, une vie en Dieu. Telle est le grand signe que nous donne la résurrection du Christ, prémisse et gage de notre propre résurrection. Dés maintenant, ne laissons pas la peur, l’égoïsme et les ténèbres prendre pied dans nos vies. Vivons en enfants de lumière. Christ est ressuscité. Alléluia !

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Pour ne pas en finir avec le « vivre-ensemble » – Le Soir 3 avril p.24

Ce vendredi 3 avril, est parue une carte blanche cosignée par Jean-Pascal Labille et votre serviteur, tous deux membres de la Fondation « Ceci n’est pas une crise ». Pour lire cette chronique, cliquez sur Pour ne pas en finir avec le « vivre-ensemble ».

Merci à la rédaction du Soir de nous offrir cet espace d’expression.

(texte également ci-dessous)

Pour ne pas en finir avec le «vivre-ensemble»

Jean-Pascal Labille (président) et Eric de Beukelaer, Fondation «Ceci n’est pas une crise»
Mis en ligne vendredi 3 avril 2015, 09h39

Réponse à la carte blanche « Pour en finir avec le vivre-ensemble ! », publiée le 26 mars dernier dans « Le Soir ».

L e vivre-ensemble – degré zéro de l’imagination politique – s’est imposé au cours de ces deux dernières décennies comme l’impératif de la pensée politique et culturelle. Conséquence de sociétés qui n’arrivent plus à se projeter dans l’avenir, le vivre-ensemble tient tant du concept fourre-tout, du prêt-à-penser minimaliste de la diversité que de l’incantation. »

Ainsi s’expriment Ismaël Saïdi et Michael Privot dans « Pour en finir avec le vivre-ensemble ! » – une carte blanche publiée ce 26 mars dans les colonnes du Soir. Plutôt que de chercher à délimiter un hypothétique socle du vivre-ensemble, ils proposent de s’investir dans un « faire-ensemble », relançant une action politique commune digne de ce nom.

Les deux jeunes intellectuels soulignent à juste titre qu’une société sans horizon humanisant s’atomise pour se transformer en une jungle, ayant la cupidité pour unique loi. C’est tout le drame d’une mondialisation trop exclusivement financière et d’un projet européen en souffrance. Comment cependant se projeter sur un quelconque horizon dans une société atomisée ? Ce qui nous ramène au « vivre-ensemble », concept socio-politique d’autant plus actuel qu’il est malmené.

Aucune région de notre planète n’échappe aujourd’hui à la tentation du repli sur soi, en réaction à une mondialisation vécue comme négation des identités : culture, langue, traditions, religion… Repli sous sa version hard et meurtrière (les guerres saintes au nom d’un idéal religieux, antireligieux, nationaliste…), ou sous une version plus soft et pacifique – mais non moins mortifère : celle d’une société momifiée en petits ghettos, séparant les « eux » des « nous ». Société ouverte ou société fermée – telle est l’alternative. Une identité féconde invite à s’ouvrir au monde, non pas à se replier sur sa tribu.

Manipulation du terme

À l’instar d’Ismaël Saïdi et Michael Privot, les signataires de la présente chronique assument chacun à leur façon une identité forte. Le fait de partager un commun idéal au sein de la fondation « Ceci n’est pas une crise » ne signifie pas pour autant qu’ils s’accordent sur tous les débats de société.

Le « vivre-ensemble » n’implique, en effet, nullement d’abandonner une part de son identité, mais bien de ne pas se replier sur celle-ci. Que d’aucuns manipulent ce terme de « vivre-ensemble » au gré d’un trouble agenda politique, n’est donc pas une raison pour en décrédibiliser la notion. Ecrire cela fait-il de nous des « prêtres de la bien-pensance », selon la formule fleurie d’Ismaël Saïdi et Michael Privot ? Peut-être. Nous assumons la bien-pensance au sens de « pensée adéquate au bien de l’homme ». Quant au terme de prêtre, il ne correspond qu’à l’identité d’un des deux signataires du présent billet. C’est déjà ça.

 

Publié dans Non classé | 3 commentaires

Il y a dix ans – Jean-Paul le Grand – La Libre 2 avril p.55

Ce jeudi 2 avril, est parue ma chronique du mois de décembre dans le quotidien La Libre en p.55.

Pour lire cette chronique, cliquez sur « Il y a dix ans – Jean-Paul le Grand ».

Merci à la rédaction de La Libre de m’offrir cet espace d’expression.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nigéria – Good luck, Jonathan

Une démocratie ne se bâtit pas uniquement sur des élections libres et honnêtes. Elle implique également que le perdant reconnaisse le verdict des urnes. Ce qui n’est pas gagné dans de jeunes nations – surtout quand le vaincu est au pouvoir. La leçon de démocratie qu’a donnée Goodluck Jonathan, le président sortant du pays le plus peuplé d’Afrique – le Nigéria – mérite donc d’être saluée. « J’ai promis à ce pays des élections libres et justes. J’ai tenu parole. (…) Aucune ambition personnelle ne vaut le sang d’un Nigérian », a-t-il déclaré. Espérons que le nouveau président Muhammadu Buhari, un ex-dictateur converti à la démocratie, suive cette voie. Et qu’un des pays où sévit Boko Haram – ce qui signifie: l’éducation est un mal  – devienne ainsi davantage encore « Boko Halal » – l’éducation est un bien.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Carême for life – c’est parti !

Les Liégeois connaissent bien l’opération « Viva for life » que la radio Vivacité (RTBF) lance depuis deux années en Cité ardente, peu avant la fête de Noël: Trois animateurs acceptent de vivre 5 jours dans un studio en verre, situé place Saint-Etienne, et animent leur radio 24h sur 24. Le tout, pour sponsoriser de bonnes œuvres.

Vu le succès de l’opération, RCF-Liège (Radio Chrétienne Francophone à Liège) a décidé de s’inspirer du concept pour lancer « Carême for life ». Avec cette formule, une dizaine de paroissiens seront enfermés dans la tour de la Cathédrale de Liège pour ne vivre, les 40 jours du Carême durant, qu’au pain sec et à l’eau. Le but de l’opération est de démontrer que celui qui prend de la hauteur, apprend à se passer de beaucoup de choses. L’opération débutera le mercredi des cendres 2016, soit le 10 février prochain et durera jusqu’au 27 mars – jour de Pâques.

Cependant, c’est dès ce 1er avril que l’opération est lancée. En effet, pour éviter un trop grand afflux de bénévoles désireux de tenter l’aventure, les heureux fidèles qui feront partie de la première saison de « Carême for life » seront désignés aujourd’hui même, au cours de la Messe Chrismale célébrée à la Cathédrale. Au cours de l’office, le chanoine K. Billaud, bien connu pour son sens divinatoire, choisira les pionniers. Le saint homme a refusé de révéler les critères qu’il appliquerait pour sa sélection, mais il se murmure qu’il porterait son dévolu sur des paroissiens bien particuliers: les personnes arrivant en retard à l’église, celles qui s’asseyent dans le fond de l’édifice, celles qui ne chantent pas, ou encore celles qui laissent leur GSM allumé en faisant semblant que c’est celui du voisin, lorsqu’il sonne au beau milieu de la célébration. Les voies de Dieu sont décidément bien impénétrables…

Publié dans Non classé | 4 commentaires

Spiritualité et fondamentalisme – M…Belgique p.10

Ci-dessous, voici ma chronique, parue cette semaine en p.10 de M… Belgique. Merci à la rédaction de me donner cet espace

« Son djihad, c’était de la téléréalité. Il rêvait qu’on lui consacre un numéro de ‘Faites entrer l’accusé’ ». C’est ainsi que Nicolas Hénin, journaliste et ex-otage de Daesh décrit Mehdi Nemmouche, le tueur présumé du musée de Bruxelles, qui fut son geôlier en Syrie. (Le Soir, samedi 21 mars p.18) Ecoutons aussi ces jeunes intellectuels d’Occident, partisans convaincus de « l’Etat Islamique », déclarer à Pierre Piccinin pour le ‘Courrier du Maghreb et de l’Orient’, pourquoi ils rejettent un Islam «  des lumières » : « Parce que (…) c’est un Islam policé, de telle sorte qu’il soit moins visible et moins dérangeant (…) Un Islam « christianisé »… Je veux dire : « inoffensif » (…) ». Issus de notre société narcissique, les soldats d’Allah se projettent dans une posture héroïque. Délirante – certes – mais valorisante. Autrement dit, ce qui fait pousser l’hydre fondamentaliste, n’est pas tant un excès de religion, qu’un vide spirituel – soit une absence de vie l’intérieure. Celui qui veut imposer sa vision du monde, compense par la contrainte, la friabilité de ses convictions.  Car l’esprit (ou l’Esprit) ne se déploie qu’en liberté. Le défi démocratique n’oppose donc pas religieux et laïques, mais spirituels et fondamentalistes – la spiritualité, comme le fondamentalisme, pouvant être religieuse, agnostique ou athée. Quid, dès lors, de l’éducation ? J’en suis convaincu – pour lutter contre le fondamentalisme, il ne faut pas moins de religion à l’école, mais bien – plus d’authentique spiritualité.

 

Publié dans Non classé | Un commentaire

« Eloï, Eloï,…» – Dimanche des Rameaux et de la Passion, Année B

« La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure. Et à la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte: Eloï, Eloï, lama sabachthani? ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? (…) Jésus, ayant poussé un grand cri, expira. Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas. Le centenier, qui était en face de Jésus, voyant qu’il avait expiré de la sorte, dit: Assurément, cet homme était Fils de Dieu.» (Marc 14, 1-15, 47. Marc 15, 1-39)

Avec le dimanche des Rameaux débute la « Semaine Sainte », c’est-à-dire la sainte semaine des chrétiens. La semaine où est résumé le mystère de notre foi en un Dieu qui aime l’humanité à en mourir. De cet Amour fou qui transfigure nos péchés, les rameaux qui orneront les crucifix de nos maisons, sont le rappel tout au long de l’année.

Ne vivons pas cette semaine de façon distraite. Si nous le pouvons, participons aux offices de la semaine sainte et au chemin de croix dans les rues de Liège. Ainsi, nous retrouverons-nous pour célébrer la Pâques du Christ avec un cœur de ressuscité.

Publié dans Non classé | 2 commentaires